Edgar Morin

Né en 1921, il joue un rôle actif dans la Résistance de 1942 à 1944. À la Libération, il écrit L’an zéro de l’Allemagne où il décrit la situation du peuple allemand de cette époque. Ce livre a été apprécié en particulier par Maurice Thorez qui l’invite à écrire dans la revue Lettres Françaises. À partir de 1949, il s’éloigne du parti communiste dont il est exclu peu après, en tant que résistant anti-stalinien. En 1955, il anime un comité contre la guerre d’Algérie. Edgar Morin entre au CNRS en 1950, et y conduit une étude sur une commune de Bretagne, qui constitue l’un des premiers essais d’ethnologie dans la société française contemporaine. Aujourd’hui directeur de recherche émérite au CNRS, Edgar Morin est docteur honoris causa de plusieurs universités à travers le monde. Son travail exerce une forte influence sur la réflexion contemporaine, notamment dans le monde méditerranéen et en Amérique latine, et jusqu’en Chine, Corée, Japon. Edgar Morin a écrit plusieurs ouvrages revenant sur son passé, dont Autocritique en 1959, Vidal et les siens sur son père en 1989 et Itinérance publié en 2006.

Publié à L’Herne :

  • Où va le monde ? (Carnets)
  • Vers l’abîme ? (Carnets)
  • Le destin de l’animal (Carnets)
  • Pour une crisologie (Carnets)
  • Cahier Morin (Cahiers de L’Herne)