Editions de l'Herne

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Nouveautés
Cahier Conrad
Dirigé par Josyane Paccaud et Claude Maisonnat.
Ce Cahier dédié à Joseph Conrad se compose de textes d’origines et de longueur très diverses. Le Cahier inclut dix-neuf textes de Conrad, qui pour certains ont été traduits pour la première fois.
39 €
Le rickshaw-fantôme

2015 est l’année des 150 ans de naissance de Rudyard Kipling !

Par l’auteur prolifique du Livre de la jungle, Le rickshaw-fantôme fait partie d’un ensemble de nouvelles de jeunesses rares, non publié en français depuis plus de vingt ans. Dans la veine des Histoires comme ça, ces textes ont été écrits dans les années 1880, à l’époque où le jeune Kipling, à peine sorti de ces études, travaillait à Lahore comme journaliste. Il écrit une quarantaine de nouvelles, publiées ensuite par le Indian Railway Library. Véritables “Relay” de l’époque, cette entreprise proposait aux voyageurs de courtes fictions en format poche, évoquant une Inde fascinante et mythifiée. Le rickshaw-fantôme, petit conte fantastique mêlant l’exotique et la terreur, est emblématique du style de Kipling à l’époque où il était un écrivain en formation. Le recueil, orné de belles lettrines et gravures, est composé de cinq nouvelles.

1) Le rickshaw-fantôme : « Il y a trois ans j’eus la bonne... l’on ne peut plus mauvaise fortune... de faire la route de Gravesend à Bombay, au retour d’un long congé, avec une certaine Agnès Keith-Wessington, femme d’un officier côté Bombay. De quel genre de femme il s’agissait, là n’est point pour vous la question... »
2) La cité de l’épouvantable nuit : « Une fois encore, la voix tonnante jette cette même phrase, toute vibrante de sa propre véhémence. Puis, tout près comme au loin, l’air répète : - Mahomet est le prophète de Dieu »
3) L’homme qui fut : « C’était un jeune Oriental de belle mine, naturellement enclin à battre les régions inexplorées de la terre, et frais débarqué dans l’Inde où il arrivait de nulle part et d’ailleurs. Du moins, personne au monde ne pouvait affirmer si c’était par la voie des Balkans, du Budukshai, de Chitral, du Bélouchistan, du Népal ou par n’importe quelle autre »
4) Sa Majesté le Roi : « À Miss Biddums il confiait avec une égale foi ses habits déchirés et ses chagrins plus sérieux. Elle remettait tout en état. Elle savait fort bien comment la terre était née et avait rassuré l’âme tremblante de Sa Majesté le Roi, cette terrible fois où... »
5) Le retour d’Imray : « Imray avait réalisé l’impossible. Sans avertissement, sans aucune raison plausible, en pleine jeunesse et au seuil de sa carrière il avait préféré disparaître du monde... »

12 €
L'art de ne pas être dupe des fripons

La France d’après Waterloo se trouve brutalement précipitée dans un monde nouveau, celui de la révolution industrielle où les rêves de gloire sont remplacés par l’argent. S’enrichir par n’importe quel moyen devient la préoccupation générale. Apprenti écrivain encore inconnu et tirant le diable par la queue, Balzac, sous le fallacieux prétexte de mettre en garde ses contemporains contre les escrocs de tous poils, en dresse une liste exhaustive allant du voleur à la tire jusqu’à l’homme d’affaire véreux sans oublier l’État lui-même.

Relire aujourd’hui ce véritable manuel de l’art de voler son prochain, c’est découvrir que son auteur, non seulement y préfigure La Comédie humaine, mais aussi se montre étonnement prémonitoire, à près de deux siècles de distance, quant à la place de l’argent dans notre société.

L’argent, par le temps qui court, donne le plaisir, la considération, les amis, les succès, les talents, l’esprit même ; ce doux métal doit donc être l’objet constant de l’amour et de la sollicitude des mortels de tout âge, de toute condition, depuis les rois jusqu’aux grisettes, depuis les propriétaires jusqu’aux émigrés. [...] L’homme honnête, à qui nous dédions notre livre, est celui-ci : Un jeune homme encore, aimant les plaisirs, riche ou gagnant de l’argent avec facilité par une industrie légitime, d’une probité sévère, soit qu’elle agisse politiquement, en famille ou au dehors, gai, spirituel, franc, simple, noble, généreux.

7.50 €
Contre les murmurateurs

Le traité De aeternitate mundi, que Thomas d’Aquin dut rédiger en 1270 à Paris, est un texte singulier à plusieurs égards, mais aussi un témoin parmi d’autres d’une vaste polémique. Singulier dans l’œuvre de l’auteur, car il constitue un texte de circonstance, répondant à des questions disputées au sein de l’Université. Singulier aussi parce que Thomas y défend un point de vue presque paradoxal : bien que la foi enseigne le commencement du monde dans le temps, aucun argument ne permet de l’établir, et paraît plutôt capable de démontrer qu’il aurait été possible à Dieu de créer un monde éternel, l’idée de création n’impliquant pas celle de commencement. Singulier enfin parce que, ce faisant, Thomas s’oppose davantage à ses confrères théologiens, notamment franciscains, qui lui semblent soutenir la thèse adverse avec de mauvais arguments, qu’aux philosophes de la faculté des arts, accusés semble-t-il depuis peu par certains théologiens de se ranger à la conception aristotélicienne de l’éternité du monde. Le ton est plus passionné qu’à l’accoutumée et rend ce petit texte remarquable. Cela dit, on l’aura compris, la question débattue dans ce court texte s’inscrit dans un contexte d’oppositions doctrinales, où se trouvent en désaccord les plus grands théologiens de la deuxième partie du XIIIe siècle. Même si un tel débat n’est pas absolument nouveau, il prit à cette époque une intensité particulière.

Il faut dire simplement, selon la foi, que ce qui a été fait par Dieu, n’a pas existé toujours : parce qu’admettre cette supposition, serait admettre l’existence d’une puissance passive, ce qui est une hérésie. Il ne s’ensuit pourtant point que Dieu ne puisse pas faire qu’un être ait toujours été.

7.50 €
Post-scriptum de ma vie

Post-scriptum de ma vie est une œuvre posthume de Victor Hugo parue en janvier 1901. Elle est composée de recueils de textes philosophiques rédigés en 1860. Ce recueil date de l’exil, et des années où la santé de Victor Hugo subissait une crise assez grave. Il y a deux parts à faire de ces pages, la part littéraire et la part philosophique : dans la première, les idées sur l’art, la poésie et les poètes ; dans la seconde, les hautes méditations sur l’âme et la destinée, sur la création et Dieu.

L’existence terrestre n’est autre chose que la lente croissance de l’être humain vers cet épanouissement de l’âme que nous appelons la mort. C’est dans le sépulcre que la fleur de la vie s’ouvre. La destinée est une résultante évidente de la nature. Maintenant comment cela se fait-il ? Par quelle combinaison ? Par quel va-et-vient, par quelle décomposition de forces, par quel mélange d’effluves, par quelle alchimie énorme ?

7.50 €
Cahier Freud
Consacré à Sigmund Freud, ce Cahier présente un ensemble de textes rassemblés sur la base d’une idée simple et forte, énoncée en un « argument » préalablement soumis aux auteurs sollicités, et dont voici l’essentiel : La visée est de situer les déterminants et la portée de l’oeuvre de Freud dans la culture occidentale, compte tenu du recul dont nous disposons aujourd’hui.
39.00 €