Pierre Jean Jouve

Pierre Jean Jouve (né à Arras le 11 octobre 1887, mort à Paris le 8 janvier 1976) est un écrivain, poète, romancier et critique français.

Pierre Jean Jouve est avant 1914 un des écrivains de l’unanimisme, ce mouvement créé par Jules Romains et aussi un membre actif du mouvement pacifiste animé par Romain Rolland pendant la Première Guerre mondiale.

Une profonde rupture s’opère grâce à sa seconde épouse, la psychanalyste Blanche Reverchon, traductrice de Freud (1923) et amie de Jacques Lacan, qui fait de lui l’un des premiers écrivains à affronter la psychanalyse et à montrer l’importance de l’inconscient dans la création artistique — et cela dès le milieu des années 1920. On peut citer parmi ses œuvres ses recueils de poèmes : Les Noces (1925-1931), Sueur de Sang (1935), Matière céleste (1937), ou ses romans : Le Monde désert (1927), Hécate (1928), Vagadu (1931), La Scène capitale (1935), et le plus connu Paulina 1880, paru en 1925.

Il a été aussi, dès 1938 et pendant son exil en Suisse, un important acteur de la résistance intellectuelle contre le nazisme, avec ses poèmes apocalyptiques de Gloire et de La Vierge de Paris.

Cet écrivain souvent perçu comme un marginal hautain, refusant les embrigadements des « mouvements » a su toucher beaucoup d’écrivains et d’artistes.