Giuseppe Ungaretti

Giuseppe Ungaretti est un poète italien, né le 8 février 1888 à Alexandrie (Égypte), mort le 2 juin 1970 à Milan.

Il étudia pendant deux ans à la Sorbonne à Paris et collabora avec Giovanni Papini et Ardengo Soffici à la revue Lacerba. En 1914 il revint en Italie, et au début de la Première Guerre mondiale s’engagea volontaire pour partager le destin de ses contemporains. Il combattit au Carso (province de Trieste), puis en France. En 1916 il publia en italien le recueil de poésie Il porto sepolto où se reflètent son expérience de la guerre qui lui avait fait côtoyer la couche la plus pauvre de l’humanité, celle de la douleur quotidienne ; en 1919 il publia un deuxième recueil intitulé Allegria di naufragi où apparaît une nouvelle poésie, dégagée de la rhétorique et du baroque de Gabriele D’Annunzio. En 1933 parut Sentimento del tempo.

Après-guerre, il collabora assidûment à des revues et travailla dans un ministère comme professeur de langues. Il n’obtint de poste fixe que lorsque, du fait de sa renommée de poète, on le nomma en 1942 professeur à l’Université de Rome, un poste où il resta jusqu’en 1958. Avant cela, entre 1936 et 1942, il avait été professeur d’italien à l’Université de São Paulo (Brésil).

Entre 1942 et 1961 il publia une suite de poésies intitulée Vita Di Un Uomo, qui l’assura aux côtés d’Eugenio Montale et de Salvatore Quasimodo comme l’un des fondateurs et membre éminent de l’école hermétique italienne..

Les vingt-cinq dernières années de sa vie représentent un examen critique du passé et laissent transparaître une grande soif de renouveau. Il mourut à Milan le 2 juin 1970.