L’adieu aux arts

Categorie : Essais
Parution : 20110101
Pages : 168
ISBN : 9782851974471

1926 : Oiseau dans l’espace, une sculpture en bronze de Brancusi, est interceptée par les douanes américaines et taxée au titre d’objet manufacturé. Le motif : Ceci n’est pas de l’art. La justice s’en mêle, attisant le scandale à coups d’interrogatoires insolites qui réveillent les vieux démons : l’art doit-il être une imitation de la nature ? Oiseau dans l’espace n’est-il pas trop abstrait ? Et que veut dire ce trop ?

Le procès intenté en 1928 par le sculpteur Brancusi aux douanes américaines, pour faire reconnaître à l’une de ses sculptures le statut d’œuvre d’art, illustre l’imbrication entre l’argumentation juridique, appuyée sur les règles formalisées du droit, et l’argumentation esthétique, appuyée sur les conventions informelles délimitant le sens commun de l’art. On y retrouve ainsi, condensé dans l’arène judiciaire, le répertoire des arguments qui, dans l’entre-deux-guerres, contribuèrent à la réaction contre l’art moderne, puis à son intégration par les institutions.

Journalistes, artistes et experts se scindent entre partisans de l’art figuratif et de l’art abstrait. Définition du concept d’originalité d’une œuvre, de la beauté et de l’émotion esthétique, distinction entre le travail du sculpteur et celui de l’ouvrier… une véritable bataille rangée s’engage.

Le juriste et philosophe Bernard Edelman autopsie, non sans verve, cet événement singulier offrant une leçon d’anatomie juridique aussi palpitante que le plus savoureux des romans.

 

Premières pages

 

Presse