John Keats

John Keats, poète romantique anglais, né le 31 octobre 1795 à Finsbury Pavement, près de Londres, mort à Rome de la tuberculose le 24 février 1821 est le poète le plus classique de sa génération.

Fréquentant les cercles littéraires, il rencontre alors très rapidement des écrivains de renom comme Leigh Hunt, Percy B. Shelley ou encore Benjamin Robert Haydon. Leigh Hunt l’aide à publier dans un magazine son premier poème, Lines in Imitation of Spencer.

Il commence par publier un premier recueil, intitulé Poems, qui ne parvient pas à toucher le public. Il travaille à sa première grande œuvre, Endymion, qui paraîtra en 1818. Il s’agit d’un poème narratif en quatre parties, inspiré de la mythologie grecque.

il entreprend un tour d’Écosse avec son ami Charles Brown, dilettante à demi rentier et publiciste. Composée dans ce cadre, la Ballade de Meg Merrilies est un petit chef-d’œuvre. Alors qu’il commence Hyperion, sa dernière grande œuvre, il rencontre chez des amis une jeune fille de dix-huit ans, mince, aux cheveux bruns, aux yeux bleus. Elle s’appelle Fanny Brawn. À Noël 1819, ils se fiancent. Ils n’iront pas jusqu’au mariage. La même année paraissent différentes ballades et odes, telles que Lamia, Isabella, Ode To A Nightingale, Ode to Psyche, Ode to a grecian Urn avec sa célèbre chute : « Beauty is truth, truth beauty, — that is all ye know on earth and all ye need to know ».

Après un séjour à Naples, il s’installe à Rome, dernière étape de sa courte vie. Il y rend le dernier soupir.

 

Publié à L’Herne:

  • Keats (Cahiers)