Friedrich Hölderlin

(1770-1843)

Poète et penseur de la haute période classico-romantique en Allemagne – époque que la tradition culturelle occidentale fait encore rayonner autour de la figure emblématique de Gœthe, c’est à l’âge de dix-huit ans qu’Hölderlin entre au séminaire pour étudier la théologie où il a pour camarade Hegel et Schelling. D’un caractère sensible, tourmenté et mystique, il s’oriente vers la poésie qu’il conçoit comme un hymne et un chant. En 1796, grâce à Hegel, il trouve un emploi de précepteur, mais tombe amoureux de la mère de son élève, qu’il décrira dans ses poèmes sous le nom de Diotima. Il quitte cet emploi, ébranlé par son amour malheureux. Dès lors, de plus en plus inquiet et solitaire, à la recherche d’une communion extatique avec le divin, Hölderlin sombre lentement dans la folie. Hölderlin est l’auteur d’un bon nombre d’ouvrages parmi lesquels : Poèmes de la Folie, Les grands Hymnes, Remarques sur Oedipe et Antigone.

Publié à L’Herne :

  • Hölderlin (Cahiers)